Traditions du mariage, quand vous nous tenez… 2/3

Après avoir abordé enterrement de vie de célibataire et robe blanche, votre organisatrice de mariage vous parle des traditions liées au cortège et au voile de la mariée.

 

Et vous, quelle est cette tradition que vous respecterez coûte que coûte le jour de votre mariage ?

 

Le cortège

Évènement social s’il en est, le mariage est extrêmement codifié, notamment pour tout ce qui concerne la position et les déplacements des personnes.

Traditionnellement, le cortège se forme depuis la maison de la mariée. Le père, au bras de sa fille qu’il donne en mariage, marche en tête précédant le marié au bras de sa mère puis les couples d’honneur, les parents et les invités.

A l’ère où mariés et convives se déplacent en voitures enrubannées, décapotables louées ou en attelages pour les plus bucoliques, l’ordonnancement du cortège se reforme, dans la plus pure tradition, au moment de l’entrée dans l’église (ou le lieu de cérémonie). Lorsque retentit la musique solennelle, le fiancé s’avance au bras de sa mère. Derrière eux, la mère de la fiancée au bras du père du fiancé, puis les témoins, grands-parents, frères et sœurs et leurs conjoints. Enfin, suivie des enfants d’honneur, arrive la mariée au bras de son père qui la conduit jusqu’à l’autel, à gauche de son fiancé, et relève son voile.

Pour la sortie, signe du rituel accompli, c’est le jeune couple qui ferme la marche, seulement précédé des enfants d’honneur. Le cortège se disloque sur le parvis de l’église parmi les congratulations et après la photo de groupe. Perpétuant un usage qui remonte au Moyen Age, la loi elle-même cautionne l’annonce publique et bruyante d’une union. Les invités peuvent donc donner de l’avertisseur à cœur joie !

Le voile de la mariée

La toilette de la mariée est une fourmilière de symboles, que les jeunes femmes s’appliquent (ou s’amusent ?) à respecter, alors même qu’ils ne sont plus vraiment en phase avec la réalité de notre société. Il y a ce qui se voit : la robe, le voile… et, tout aussi chargé de traditions, ce qui ne se voit pas : élément vieux, acheté, emprunté, bleu

Contrairement à ce que beaucoup croient, le voile de la mariée n’est pas un accessoire religieux ni le symbole de son innocence : il est à l’origine destiné à la cacher ! Avant même l’invention du mariage, l’homme qui souhaitait s’unir à une femme l’enlevait. Un drap sur la tête empêchait la demoiselle de retrouver son chemin, si d’aventure elle s’enfuyait. Devenu symbolique, cet enlèvement a laissé une autre trace : la mariée doit se tenir à gauche de son époux pour que celui-ci puisse de son bras libre donner de l’épée contre les éventuels opposants. Plus récemment, alors que les mariages étaient arrangés, le père de la jeune fille relevait le voile de sa fille seulement en arrivant devant l’autel, parant ainsi à un éventuel renoncement de son futur gendre.